Les Institutions Gnostiques

De même qu’un étudiant a besoin d’une école ou d’une université pour se préparer, acquérir des connaissances et se perfectionner dans un domaine, une personne qui cherche à se connaître elle-même nécessite d’un milieu adapté à ce but.

Tout au long de l’histoire, il y a eu d’écoles dites « de mystères », « de régénération » ou même « initiatiques » où l’on étudiait comment s’auto-connaître intégralement et parvenir ainsi à l’autoréalisation intime de l’Être, c’est-à-dire le développement des infinies possibilités humaines.

Que ce soit à Athènes, dans l’antique Tenochtitlan, au Tibet ou dans la vallée du Nil, ces écoles ouvraient leurs portes – après être passé par de rigoureuses épreuves – à tous les aspirants assoiffés de Sagesse, pour que ceux-ci puissent connaître leur propre Vérité intime.

Vu l’époque dans laquelle nous vivons, avec toute sa dégénérescence, barbarisme, vices, prostitution, guerres, terrorisme, etc., il s’avère encore plus nécessaire que ces institutions soient présentes pour nourrir la Conscience de ceux qui cherchent encore une régénération, les abritant et les guidant dans leur objectif.

Dans les années 50, Samael Aun Weor a fondé une institution Gnostique contemporaine sous le nom d’A.G.E.A.C.A.C. (Association Gnostique d’Etudes Anthropologiques et Culturelles – Association Civile). A partir de là et jusqu’au moment de son départ physique en 1977, il a travaillé sans relâche pour la diffusion de l’enseignement gnostique, sans jamais percevoir de l’argent pour cette action. Ses plus de 70 œuvres écrites – ayant renoncé aux droits d’auteur – et ses centaines de conférences données en sont une preuve tangible.

 

Après le départ physique du Maître Samael Aun Weor en 1977, les institutions gnostiques sont passées par des bouleversements terribles, causés justement par le manque de compréhension et mise en pratique des enseignements que Samael Aun Weor venait de remettre avec tant de sacrifice.

Mais heureusement, à partir de 1990  un autre Maître Gnostique connu sous le nom de Lakhsmi – disciple fidèle du Maître Samael Aun Weor – a commencé un processus de restauration des institutions gnostiques, laissant une parfaite organisation au niveau international, dont le siège (Lumen de Lumine) se trouve dans les Andes Vénézuéliennes

Comme preuve de cette restauration, nous voyons aujourd’hui – depuis le départ physique du Maître Lakhsmi en 2005 – comment ces institutions continuent très activement à travailler pour leur but principal : faire connaître ce message transcendantal à ceux qui souhaitent le recevoir…