La Gnosis au cours de l’histoire

La Gnosis étant à l’intérieur de l’être humain, elle s’est exprimée dans la plupart des civilisations qui ont habitées cette planète. On peut dire que la Gnosis a fait un voyage par les différents endroits du monde, au fur et à mesure que les cultures surgissaient, comme par exemple : le Tibet, la Chine, l’Inde, l’Egypte, la Perse, la Grèce, l’Europe, l’Amérique Inca, Maya et Aztèque, etc…

C’est pourquoi on peut trouver certaines ressemblances parmi les diverses théogonies et cultures, puisque chacune d’entre elles enseigne les mêmes principes habillés des formes mythologiques qui appartiennent à une époque spécifique et à un groupe humain déterminé.

Sans une information préalable sur l’Anthropologie Gnostique, l’étude rigoureuse des diverses pièces anthropologiques des cultures aztèque, toltèque, maya, égyptienne, etc., serait plus qu’impossible.

Les codex mexicains, les papyrus égyptiens, les terres cuites assyriennes, les manuscrits de la Mer Morte, tout comme certains temples très antiques, monolithes sacrés, vieux hiéroglyphes, pyramides, sépulcres millénaires, etc., présentent dans leur profondeur symbolique, une signification gnostique qui échappe définitivement à l’interprétation littérale et dont le contenu didactique n’a jamais été d’un caractère exclusivement intellectuel.

« La Gnosis est née avec l’homme, et elle s’est rendue présente au cours des différentes âges ou époques de l’humanité pour guider, orienter et diriger le travail de ceux qui sont assoiffés de sagesse et perfection. »

V.M. Lakhsmi 


Papyrus Egyptien représentant le mythe de la pesée du coeur des défunts

En parlant spécifiquement de l’Europe, la Gnosis a eu une activité importante. On trouve , par exemple, plusieurs expressions de cette connaissance chez les celtes et les vikings, en  Grèce et à Rome, etc.

Mais si on  cible notre recherche dans la période comprise entre les  XIIème et XIXème siècles, on peut trouver des éléments et des principes gnostiques chez les Cathares, les Alchimistes médiévaux, les Templiers, les Rosicruciens antiques, chez plusieurs artistes de la Renaissance, et plus récemment chez certaines personnalités versées dans les études de la Gnosis, comme par exemple le Parisien Eliphas Levi, l’Allemand Arnold Krumm Heller, l’Anglaise Annie Besant, l’Ukrainienne H.P. Blavatsky et l’Autrichien Rudolf Steiner parmi tant d’autres. On peut encore voir des traces visibles à nos yeux dans des rues, des muséums et mêmes des cathédrales des villes françaises et européennes, en témoignage du passage de la Science Gnostique par ce continent.


Rennes-le-Château, située en Pays Cathare, est une terre d'histoire et de mystères où l'on peut trouver certains éléments gnostiques cachés sous la forme du mythe Chrétien

Au jour d’aujourd’hui, la Gnosis se trouve très active dans le continent américain, depuis le Mexique jusqu’en Argentine, la langue espagnole étant un élément clé pour la diffusion de cet enseignement. C’est pourquoi les initiateurs de la Gnosis contemporaine sont d’origine sud-américaine, et que notre siège international se trouve au Venezuela.

Toutefois, il est évident que cette doctrine de synthèse doit être diffusée à cette époque dans les 5 continents, et voilà l’importance et le but de cette institution en France.

« Vu, ces derniers temps, le développement extraordinaire des études gnostiques, aucune personne cultivée, aujourd’hui ne saurait tomber dans l’erreur simpliste de jadis, de relier l’origine des mouvements gnostiques à un courant spirituel exclusif.

En parlant franchement et sans ambages, nous dirons : « La Gnosis est un fonctionnalisme très naturel de la conscience, une Philosophia Perennis et Universalis »

V.M. Samael Aun Weor


La "Pierre du Soleil" est l'un des icônes les plus emblématiques de la civilisation aztèque

GNOSIS - "Science et Culture de l'homme en quête de l'Être"

© 2018 Gnosis France