ACTUALITE CENTRES D'ETUDES GNOSTIQUES TELECHARGEMENTS

QU'EST CE QUE LA GNOSIS ?

La Gnosis est une connaissance universelle. Son but est l’Auto-Réalisation Intime de l’Etre, c’est à dire, le développement harmonieux de toutes les infinies possibilités de l’être humain. C’est une sagesse transcendantale qui enseigne à voir, entendre et toucher du doigt ces phénomènes et événements considérés comme de grands mystères ou énigmes.

La Gnosis cherche à ce que chaque homme arrive à une organisation de son vécu quotidien, qui soit en harmonie avec les lois naturelles de la vie.

Les études gnostiques ont pour fondement : « homo, nosce te ipsum » ; homme connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux. Les enseignements de la Gnosis qui sont toujours donnés gratuitement incitent l’homme à mettre en activité certains sens avec lesquels il peut découvrir les grands Mystères du monde et du cosmos, de la Vie et de la Mort.

Les études gnostiques se composent d’une partie théorique et d’une partie pratique. La partie pratique comporte des exercices ésotériques qui permettent de vérifier ce qui est affirmé dans la partie théorique.

GNOSIS : Connaissance illuminée des Mystères Divins, Sagesse transcendantale. Ce mot se décompose ainsi :

G : genèse, début, principe, création.
NO : négation, expression de la partie négative de la création symbolisée par la femme, élément passif.
SI : affirmation, expression de la force positive de la création, élément actif,
l’homme.
S : Synthèse, force neutre, équilibre dans toute triade, élément conciliateur.

Les principes de base de la grande sagesse universelle sont toujours les mêmes. Bouddha, Mahomet, Zoroastre, Hermès Trismégiste, Quetzalcóatl, Jésus de Nazareth, le grand Kabîr, etc., ont remis un message ; ce message contient toujours les mêmes principes, impersonnels et universels. Le Bouddha Siddhârta Sakyamuni enseigna en secret à ses disciples une doctrine qui contient les mêmes principes que celle qu’enseigna en secret le Grand Kabîr Jésus à ses disciples. C’est toujours le même corps de doctrine, celui de la Gnosis, qui est maintenant en train d’être remis de manière publique.

La Jana, Gnana, Yana ou Gnosis est la science de Jano, la science de la connaissance initiatique ; les variantes de son nom sont nombreuses.

La Gnosis nous invite à comprendre que quelque chose en nous est au-delà de ce qui est purement physique. Nous avons un corps de chair et d’os, cela est évident et tout le monde l’accepte, mais il nous coûte de comprendre que nous avons aussi une particularité psychologique susceptible d’être modifiée.

La Gnosis est un fonctionnalisme très naturel de la conscience ; c’est une «philosophia pérennis et universalis». Savoir qui nous sommes, d’où nous venons et où nous allons, fut toujours une aspiration fondamentale de l’homme.

La Gnosis est une école de régénérescence ; elle se base sur le fait que, dans l’homme, quelque chose de vieux doit mourir pour que naisse quelque chose de nouveau.

Au cours de l’histoire, en différents endroits du monde, ont existé de grandes écoles de régénérescence ; en toutes, on trouve les mêmes principes gnostiques. Entre autres écoles nous pouvons citer : Les écoles perses où on rendit un culte au feu ; les Mystères d’Eleusis en Grèce, berceau de la sagesse ancienne ; les écoles de l’Inde, du Mexique, de l’Egypte, de l’Afrique, les communautés esséniennes, les chrétiens primitifs, etc. Dans le christianisme primitif, nous trouvons un grand Maître Gnostique : Jésus de Nazareth.

Quand existèrent toutes ces écoles de mystère ou écoles de régénérescence, les enseignements étaient donnés en secret. A notre époque, c’est différent, ces enseignements sont donnés en forme de synthèse, et publiquement.

Il y a deux types de connaissances :

Lorsque nous connaissons les mystères parce que nous avons lu des livres, lu des revues ou des journaux ou parce qu’on nous les a enseignés, ou parce que nous en avons entendu parler, ou parce que notre propre logique nous amène à des conclusions pouvant appartenir aux mystères, nous avons des connaissances exotériques. Ces connaissances nous viennent de l’extérieur ou sont la conclusion de raisonnements qui appartiennent à une logique inculquée de l’extérieur. Ces connaissances sont exotériques.

Lorsque nous connaissons les mystères parce que nous en avons eu l’expérience directe dans notre existence, quand cette connaissance repose sur l’expérience et non plus, sur ce que nous avons lu ou entendu, quand cette connaissance est la conséquence d’une existence vécue avec attention et profondeur, quand elle est le résultat d’une vie tournée vers la recherche, de ce qui est réel, juste, exact, parfait, alors, cette connaissance acquise peut être dite ésotérique.

Cette connaissance est le résultat des efforts que quelqu’un fait pour se connaître lui-même ; ces efforts ont pour conséquence le surgissement de la lumière depuis nos profondeurs
intimes ; cette lumière est la connaissance ésotérique, c’est la Gnosis.

La Gnosis se base sur trois facteurs : naître, mourir, se sacrifier pour l’humanité ; et ces trois facteurs reposent sur quatre piliers ; ces quatre piliers sont les piliers de la Sagesse.

LES TROIS FACTEURS DE LA REVOLUTION DE LA CONSCIENCE

Mort mystique : désintégration de nos défauts psychologiques tels que vices, manies et tout ce qui peut nous faire du mal ainsi qu’aux autres ; la cause de toute souffrance se trouve dans nos défauts. La désintégration de nos défauts signifie la fin de toute souffrance. .

Naître : l’homme dispose d’un corps physique et d’un corps vital, et dans sa constitution occulte, il lui manque le corps astral, le corps mental et le corps causal ou corps de la volonté consciente. Pour qu’un être humain devienne la maison de son propre Etre Interne, il lui faut acquérir ces corps ; l’acquisition de ces corps existentiels supérieurs de l’Etre est le début d’une naissance interne, appelée «seconde naissance ». Pour acquérir ces corps, nous avons besoin d’un matériau ; ce matériau est l’énergie créatrice de l’être humain, son énergie sexuelle. Naître implique la sage utilisation de l’énergie sexuelle.

Sacrifice pour l’humanité : charité, amour, compréhension, renoncement… Pour recevoir, il est nécessaire de donner. Il est connu qu’une personne atteinte d’une maladie incurable peut guérir si elle est capable, au lieu de se plaindre, d’aider d’autres malades d’une manière ou d’une autre, de façon complètement désintéressée.

LES QUATRE PILIERS DE LA SAGESSE

temple

 

SCIENCE Le monde tridimensionnel n’est pas tout ; certainement il n’est qu’une feuille de l’arbre de la vie.

Comme toute science, la science gnostique cherche la connaissance de toutes choses à partir des principes et des phénomènes et elle ne se limite pas à la partie tridimensionnelle. Les phénomènes étudiés sont les évènements extérieurs et intérieurs de chacun. Chacun devient un scientifique de lui-même.

ART La Gnosis est présente dans l’art architectural des anciens : dans les pyramides et obélisques de l’Egypte des Pharaons, pyramides de l’ancien Mexique, pyramides du pays Maya, elle est présente dans les reliques archéologiques des Aztèques, dans les temples ancestraux de la Chine, elle est présente encore dans de vieux parchemins du Moyen Age, dans les peintures et sculptures de Michel Ange, dans des œuvres littéraires telles que : l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, la Divine comédie de Dante, dans les musiques de Mozart, Beethoven ou Haydn…, dans les mythes, mythologies et contes provenant des cinq continents.

PHILOSOPHIE C’est l’amour de la sagesse. Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Questions toutes simples et naturelles ; l’être humain se pose ces questions au moins une fois dans son existence. La philosophie est une inclination de l’âme pour l’inexpliqué et l’inexplicable, pour comprendre l’essence des choses et le pourquoi de l’existence. Elle ouvre devant nous un monde merveilleux, au-delà du monde physique. Elle s’émeut du chant des oiseaux, de la chanson joyeuse du ruisseau au milieu des pierres, du vol de l’aigle, de l’arbre millénaire, etc.

RELIGION Terme qui vient du latin Re-ligare qui veut dire lier de nouveau, unir ; c’est à dire la "ré-union" de l’homme avec l’Etre, avec Dieu, sans mettre de côté la science, l’art et la philosophie.

Dans la Gnosis la science est religieuse et la religion est scientifique ; l’une ne contredit pas l’autre ; elles se complètent. Une science sans religion manque d’humanisme, une religion sans science devient aveugle.